L’hypnose accompagnée

Quelle image de l’hypnose ?

Par défaut d’information, l’image que l’on a de l’hypnose pour guérir est souvent celle de l’hypnose de spectacle.

Pourtant les différences sont énormes.
Nous parlons ici de l’hypnose hypermoderne dont les caractéristiques sont définies au fil des articles de ce site.

Hypnose de spectacle Hypnose hypermoderne pour guérir
Le spectateur vient pour le fun Le patient vient pour aller mieux
L’hypnotiseur est là pour « faire-show » Le praticien est là pour accompagner les talents du patient à participer à sa guérison
Le jeu consiste à être « inconscient » des manipulations de l’hypnotiseur Selon le cas, le niveau de conscience est variable
Le jeu est à séance unique Il peut y avoir une seule séance ou une multiplicité de séances

Comment décrire la séance d’hypnose ?

La séance d’hypnose hypermoderne pour guérir est un processus créatif à deux acteurs.
Cela a peu de sens de décrire une telle séance.

Cependant on peut apporter quelques touches au tableau à l’aide d’exemples.

Deux exemples
1. Dominique arrive à la séance en étant déjà quasiment en transe.
2. Claude a une appréhension face à l’hypnose qui lui a été conseillée ; il faudra du temps pour lever cette appréhension.

Deux autres exemples
3. Agnès vient pour un problème de traumatisme par accident : elle a été victime d’un « coup » unique.
4. Kevin vient pour un symptôme dont il ne connait pas l’origine/les origines.

Ces quatre exemples montrent déjà une multiplicité de scénarios possibles.

Patient « prêt » Patient sur la réserve
Trauma unique connu Scénario 1 Scénario 2
Origine inconnue Scénario 3 Scénario 4

Il y a d’autres axes qui peuvent encore complexifier.

Un travail d’apprentissage

Une dimension importante de la rencontre avec l’hypnose est celle de l’apprentissage.
C’est en particulier vrai pour les occidentaux qui sont coupés de leurs rythmes naturels.
Du fait de cet apprentissage, le travail peut amener la résolution d’un problème « autre » que le problème pour lequel le patient consulte.

Le problème initial Le problème autre
Contenu de la séance Effet 1 Effet 3
Processus d’apprentissage Effet 2 Effet 4

L’hypnose, quelle type de thérapie ?

On peut, par exemple, comparer l’hypnose hypermoderne aux thérapies comportementales.

 Thérapie comportementale Hypnose hypermoderne
Le protocole est fabriqué en amont La séance est créative
Le protocole est universel La dynamique est à la carte
La confiance est dans l’inventeur de la méthode La confiance est dans le patient
Le savoir est « scientifique » = impersonnel La personne est unique
Médecine basée sur les faits Auto-médecine basée sur les dynamiques profondes
Ici et maintenant Histoire de la personne inscrite dans l’histoire du genre humain
On traite un désordre des émotions On ajuste une inadéquation identifiée dans les profondeurs de la pensée
Protocole reproductible Savoir-faire transmissible

Le praticien comme « vigile »

Le vigile c’est celui qui « veille sur ».
Nous avons vu que, dans l’hypnose, c’est le patient qui « bosse ».
Le praticien est présent pour assurer la sécurité du patient pendant que ce dernier fait une expérience de changement.

Publications académiques

Evans, F. & Orne, M. (1971). The disappearing hypnotist: the use of simulating subjects to evaluate how subjects perceive experimental procedures. The International Journal of Clinical and Experimental hypnosis, 19, 277-296.

Sarbin, T. (1976). Hypnosis as role enactment: The model of Theordore R. Sarbin. In P. Sheehan & C. Perry (Eds.), Methodologies of Hypnosis (pp. 123-152). Hillsdale, New Jersey: Lawrence Erlbaum.

Sheehan, P., & McConkey, K. (1982). Hypnosis and Experience: The exploration of Phenomena and Process. New York: Erlbaum.

Sheehan, P., & Perry, C. (1976). Methodologies of Hypnosis. Hillsdale, New Jersey: Lawrence Erlbaum Associates.

Spiegel, D., Bloom, J., Kraemer, H. & Gottheil, E. (1989). Effect of psychosocial treatment on survival of patients with metastatic breast cancer. Lancet, October 14, 888-891.

Spiegel, D., Detrick, D., & Frischholz, E. (1982). Hypnotizability and psychopathology. American Journal of Psychiatry, 139, 431-437.

Spiegel, D., Hunt, T., & Dondershine, H. (1988). Dissociation and hypnotizability in posttraumatic stress disorder. American Journal of Psychiatry, 145(3), 301-305.

Spiegel, H., & Spiegel, D. (1978). Trance and Treatment: Clinical Uses of Hypnosis. New York: Basic Books.

.

.

.

Source : WikiMédia

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s