Rêve, invention, créativité

Image : Un rêve de Pénélope par John Flaxman

Mille traditions

Dans les années 60 la mode était à l’usage des rêves selon les Senoï de Malaisie.
Au petit matin raconter son rêve au groupe.
Si le rêve était un cauchemar, faire un rituel de « réparation ».
***
Les Egyptiens et bien d’autres 1. Donnaient aux rêves un valeur importante 2. Pensaient pouvoir influencer leur vie à travers une maîtrise des rêves.
***
Sigmund Freud a donné aux rêves une grande importance.

Une expérience individuelle du rêve

Il y a ce que les savants pensent savoir du rêve et la relation que chaque individu a avec ses rêves.

Intimité ou partage

Jean considère ses rêves comme une chose très intime et ne les raconte que rarement.
Pourtant il les considère comme importants et prend des notes lorsqu’il se réveille.

Luc raconte ses rêves soit à son praticien soit à des personnes en qui il a confiance.

Quatre phases de la créativité

Nous prendrons l’exemple de la créativité.
On note que le patient en thérapie expérimente les mêmes phases : la thérapie est à la fois découverte et invention.

Phase 1 Rêver pour intégrer

Les créatifs – découvreurs et inventeurs – connaissent bien cette phase où ils « dévorent » des informations – par la lecture, l’observation, etc.
Si la métaphore « dévorer » est utilisée ce n’est pas par hasard.
D’autant plus que le chercheur nous dit ensuite qu’il faut « digérer » cette information !!!
C’est une période où il est important de pouvoir dormir/rêver beaucoup pour permettre cette intégration.
En thérapie, c’est la phase d’inventaire, d’état des lieux.

Phase 2 Rêver pour brasser les idées

Une fois les éléments engrangés en ordre dans la pensée il faut que se fasse un désordre d’où vont sortir de nouvelles solutions.
Sommeil agité.
L’importance de cette phase de désordre est à souligner.

Phase 3 Connexions, émergence du nouveau modèle, forme/métaphore

Jean témoigne que, pendant l’écriture de sa thèse, il lui est arrivé d’écrire et dessiner pendant 23 heures de suite – phase 3 de son travail de recherche.
Après la phase 1 où le chercheur a « fait le plein », après la phase 2 de  brassage alors arrive cette phase 3 où l’on trouve le bon schéma, la bonne métaphore où l’on créée de nouveaux mots pour dire la réalité émergente.

Archimède est dans son bain. Dans les mois précédents il a construit des bateaux – c’est son métier. Il a accumulé des observations sur le comportement des bateaux mis à flot. Lorsqu’Archimède est dans son bain, il observe que lorsque sa cage thoracique se gonfle, son corps « monte » dans l’eau.
Combien de rêves a-t-il fallu à Archimède pour passer de ces observations à la définition de la poussée exercée par l’eau sur un corps flottant ?

Phase 4 Vérification

Archimède propose à ses charpentiers de nouvelles formes et proportions.
« ça ne marchera jamais ! » Résistance à l’innovation et au changement.
En psychothérapie la solution nouvelle rencontre une résistance farouche de la part de l’environnement familial, professionnel, etc.

Exemple

Lucie est formatrice ; elle travaille sur sa place dans une loge maçonnique.
Phase 1 : il faut mettre en mots ce qui se passe vraiment pendant les réunions de différents types
Phase 2 : Lucie explore comment cela pourrait se passer autrement
Phase 3 : Une solution émerge qui va bousculer les habitudes, en particulier celles de la « chef ».
Phase 4 : Il faut faire passer la solution.
Lucie passe par les quatre phases avec les quatre manières de dormir et de rêver.
Elle découvre qu’on lui a appris – et qu’elle enseigne !!! – les notions de repas régulier et de sommeil régulier alors que la réalité de confrontation à un problème nécessite des manières de faire et d’être profondément différentes d’une phase à l’autre !

Le travail du patient et celui du praticien

Le travail du patient : rêver ! … en quantité et en qualité idoine à chaque phase de créativité quotidienne ou thérapeutique.

Le travail du praticien est multiple :

  • informer le patient de l’importance du rêve – texte ci-dessus
  • faire le point sur la pratique du sommeil et du rêve par le patient
  • proposer de résoudre un problème à l’aide  des 4 phases
  • etc.

Remarques

Une question de quantité

Dormir insuffisamment = rêver insuffisamment.
Dans le décompte individuel du temps de rêve il faut compter le rêve dans la journée, lorsqu’on est à demi endormi.
Le besoin de rêve est variable selon l’activité – voir plus bas.

Une question de qualité

Si l’on consomme des sucres rapides avant de se coucher on a une hypoglycémie nocturne qui peut transformer le rêve en cauchemar.
Un repas du soir trop riche perturbe le fonctionnement du rêve.
***
Un repas du soir trop pauvre = carencé donnera une mauvaise qualité de rêve.
Par exemple le rêveur a besoin d’acides aminés. Une petite quantité de légumineuses – par exemple un yaourt de soja – amène ces acides aminés.

.

.

.

Source Boston College

Publicités

Une réflexion sur “Rêve, invention, créativité

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s